Les changements sur les questions abordées au code

La réforme du code ne change pas vraiment la forme de l’examen, il est toujours composé d’une série de 40 questions où le candidat n’a le droit qu’à 5 erreurs. C’est plus sur le fond que le gouvernement a voulu faire évoluer l’apprentissage du code de la route : limiter le par cœur pour faire comprendre les règles de conduite. 

Evolution d’une façon d’apprendre

Parfois appliquer le code à la lettre, sans comprendre pourquoi ces règles ont été mises en place, ne suffit pas pour être un bon conducteur. Il faut savoir anticiper et réagir selon la situation, par exemple ce n’est pas parce qu’une route est limitée à 90km/h que le conducteur doit forcément atteindre cette vitesse. 
Les nouvelles questions sont à 10% formées d’extraits vidéos pour pourvoir appliquer des mises en situations. Il n’est pas prévu que les questions soient plus difficiles mais posées différemment pour éviter les pièges et favoriser la réflexion plutôt que l’application de règles apprises par cœur mais pas forcément comprises. 
Ainsi les futurs conducteurs connaîtront le code de la route tout en ayant travaillé la prise de conscience des risques qu’on peut avoir au volant. 
Le temps pour pouvoir répondre au question évolue aussi, il était auparavant défini par le nombre de réponses possibles, il est aujourd’hui limité à 20 secondes quel que soit le type de question. 

Evolution des thèmes abordés

La réforme a permis de remplacer les anciennes questions par 1000 nouvelles (soit environ 300 de plus qu’auparavant), réparties en neuf thèmes : 
  • Dispositions légales en matière de circulation routière
  • Le conducteur : met en avant les règles liées à l’importance de l’attention à porter aux autres usagers, la prise décision. Ce thème concerne les questions liées au temps de réaction par exemple. 
  • La route : les questions de ce thème vont globalement concerner les effets des conditions météorologiques et de l’état de la chaussée sur la tenue de route, la distance de freinage, le danger de l’aquaplaning… 
  • Les autres usagers de la route : ce thème permet de prendre conscience des risques d’autres usagers plus vulnérables ou inexpérimentés comme les enfants, les cyclistes, les piétons et les personnes à mobilité réduite.   
  • Réglementation générale et divers : Ce thème porte sur des parties plus administratives, l’usage du permis à points les documents administratifs liés au véhicule (carte grise, le constat à l’amiable). 
  • Précautions nécessaires à prendre en quittant le véhicule : ces questions sont liées aux précautions à prendre lorsqu’on quitte son véhicule, ce qui peut être dangereux quand on est stationné sur la chaussée. L’installation au poste de conduite fait également parti de ce thème. 
  • Éléments mécaniques liés à la sécurité de la conduite : permet de connaître les éléments liés au véhicule pouvant affecter la conduite : la pression des pneus, l’état des essuie-glace, des feux… C’est aussi pour apprendre à reconnaître les témoins du tableau de bord et les réflexes à adopter quand ils s’allument.
  • Équipements de sécurité des véhicules : les véhicules plus ou moins récents sont dotés d’éléments technologiques d’aide à la conduite comme l’ESP*, l’ABS**, l’AFU***, le limiteur et régulateur de vitesse. Il faut connaître leur utilité. 
  • Règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement : Permet de sensibiliser les candidats sur l’éco-mobilité pour conduire de façon écologique et économique. 
Les nouvelles technologies, la conduite écologique et économique, la connaissance des gestes basiques de 1er secours ainsi que la perception de risques étaient dans l’ancienne version du code peu, voire très peu abordées. 
Les nouvelles thématiques ont pour but d’actualiser les problématiques rencontrées au volant, permettre aux conducteurs d’être bien préparés aux dangers qu’ils pourront rencontrer sur la route. 

* ESP : programme électronique de stabilité. Il permet d'améliorer le contrôle de la trajectoire. Il détecte la perte d'adhérence et agit sur le freinage de chaque roue pour éviter le dérapage. Attention, l'ESP ne permet pas d'éviter toutes les sorties de route. 
***ABS : système antiblocage des roues. En cas de freinage d'urgence, il permet d'éviter le blocage des roues et de conserver le contrôle de la direction. Il ne raccourcit pas la distance de freinage. 
***AFU : aide au freinage d'urgence. Il détecte le passage anormalement rapide de la pédale d'accélérateur à la pédale de frein. Dans les situations d'urgence, combiné à l'ABS, il amplifie au maximum le freinage sans bloquer les roues. En cas de déclenchement de l'AFU, les feux de détresse s'allument automatiquement.

Codiko utilise des cookies pour vous offrir le meilleur service. En continuant votre visite vous acceptez leurs utilisations.